DSC_0005

J'ai vécu il y a quelques jours une des pires journées depuis ...la pire !

Milo en ce moment touche le fond , enfin j'espère car je ne peux pas imaginer que ça puisse être pire !

Le consoler tous les jours depuis des mois , j'avais l'habitude, je savais trouver les mots et j'arrivais assez vite à ramener le sourire sur sa jolie bouille .

Et puis Milo a grandi, il peut désormais mettre plus de mots sur sa peine, son désarroi, il pose plus de questions et j'ai de moins en moins de réponses ...

Depuis quelques semaines, alors même que l'on retourne voir la psy, il va de moins en moins bien, 

il ne veut plus se coucher car, comme il me l'a expliqué, quand il est allongé dans son lit, il pense à son papa et ça le rend malheureux,

il ne veut plus aller à l'école le matin car il y a trop de bruit pendant la récré et il ne peut pas penser à son papa tranquillement, o

( heureusement, cela n'a pas d'incidence sur son travail et il est un très bon élève)

et puis , comme les copains, il voudrait que ça ne soit pas toujours moi qui vienne le chercher à la sortie,

et puis il voudrait ne pas toujours être entouré " que de filles " ( sa soeur, moi, ma mère, sa maîtresse, sa prof de musique...c'est vrai qu'il n'y a pas d'homme dans son entourage),

Et pourtant il nous aime Zélie et moi, il nous le répète sans cesse.

A la maison il a considérablement perdu le goût du jeu.

Il regarde le ciel des heures " parce que peut etre qu'il va voir son papa", alors même que je lui ai expliqué que ce n'était pas possible.

Il est tellement malheureux en ce moment que même lorsque son cousin vient jouer une après midi avec lui il préfère rester seul dans sa chambre " car de toute façon son papa ne verra pas le beau circuit qu'il a fabriqué tout seul" .

Mais  ce qui n'était encore jamais arrivé, c'est de le voir passer une journée entière à  pleurer, 

le tenir dans mes bras des heures alors qu'il était dans un état limite hystérique,

ne plus savoir que lui dire ou que faire pour le réconforter

et m'apercevoir que finalement je n'ai personne vers qui me tourner quand je suis dans une telle situation...

il faut vraiment espérer que Milo ne vivra et ne nous fera plus vivre une journée comme celle là ,

(  sans doute aussi  la pire journée de Zélie car j'étais vraiment pas d'humeur face à toutes ses bêtises  ).

J'étais lessivée le soir, mais j'ai repris des forces et je remercie mes nerfs de ne pas avoir lâché !

Je sais maintenant que notre petit Milo d'avant, gai et insouciant, est mort. 

et je ne pensais pas en être encore là deux ans après le décès de son papa .

Le chemin va être bien long, mais j'espère un jour ne plus voir ce voile de tristesse dans les yeux de mon petit gars , et j'espère qu'en grandissant il comprendra qu'être en colère ne sert à rien.

Cheer up bonhomme, Zélie et moi on ne te lâche pas !